Histoire de Madagascar: un pays à plusieurs facettes

Histoire de Madagascar: un pays à plusieurs facettes

Connaitre l’histoire mouvementée de Madagascar vous permet de mieux appréhender le contact avec sa population accueillante. Au-delà de ses paysages uniques, de la diversité de sa faune et de sa flore ou de la richesse de sa culture, la population malgache constitue l’une des principales découvertes lors d’un voyage dans l’île.

Nombreuses sont les théories concernant le peuplement de Madagascar. La plus probable est l’arrivée de vagues d’immigration d’austronésiens de 2 000 ans avant J.-C. jusqu’au 16e siècle, et d’esclaves en provenance d’Afrique orientale à partir du 11e siècle. Le portugais Diego Diaz est le premier européen à débarquer dans l’île vers 1 500. Au 17e siècle, plusieurs royaumes voient le jour sur l’ensemble du territoire malgache. De 1787 à 1810, le roi Andrianampoinimerina entreprend d’unifier tous les royaumes de Madagascar, œuvre poursuivie par son fils Radama 1er. Il ouvre le pays aux Européens et fait entrainer ses troupes par des officiers britanniques. Les missionnaires britanniques introduisent le protestantisme dans l’île et construisent en même temps des écoles.

Pour accroitre son influence sur l’île, la France impose à la reine Ranavalona III la signature d’une alliance franco-malgache en 1885. Dès 1895, Madagascar est placé sous protectorat français et devient colonie française en 1896. Des mouvements de résistance apparaissent, notamment le « Vy Vato Sakelika » (VVS) en 1915 et l’insurrection du 29 mars 1947, réprimés dans le sang. Madagascar accède à l’indépendance en 1960.

A la suite de la révolte des étudiants en 1972, le régime du président Philibert Tsiranana tombe et le général Ramanantsoa, chef d’état-major, prend le pouvoir. Les troubles se poursuivent jusqu’en 1975 où celui-ci passe les rênes au colonel Ratsimandrava, assassiné une semaine après. Le capitaine de corvette Didier Ratsiraka reçoit les pleins pouvoirs et met en place la 2ème République en 1976. Son régime tombe en 1993 avec l’avènement d’Albert Zafy. Celui-ci est destitué par la Haute Cour Constitutionnelle (HCC) en 1996. A l’issue de l’élection présidentielle de 1997, Didier Ratsiraka revient au pouvoir. En décembre 2001, un litige électoral entre lui et Marc Ravalomanana, maire d’Antananarivo, conduit à une crise politique. Ravalomanana devient président de la République, obligeant Ratsiraka à s’exiler en France. Une nouvelle crise s’instaure entre Ravalomanana et Andry Rajoelina, le jeune maire d’Antananarivo. Cette fois-ci, c’est Ravalomanana qui est contraint de s’exiler en Afrique du sud. Suite à l’élection présidentielle de 2013, Hery Rajaonarimampianina devient le premier président de la 4e République.